L’EPP 13 janvier en voie de disparition?

 

Les problèmes de l’éducation au Togo ne se limitent pas aux grèves interminables des enseignants. Le cadre et les infrastructures qui accueillent les apprenants et leurs enseignants  constituent également une paire de manches. L’école primaire  publique  «13 janvier », l’une des rares écoles publiques  de la zone de Hedzranawoé  à Lomé  en est l’illustration parfaite.

 

Cette école qui a formé des milliers de Togolais est devenue aujourd’hui le dépotoir du quartier  et ferme ses portes en saison de pluie pendant que les autres écoles sont en plein cours.Située non-loin du marché de Hédzranawoé,  l’école primaire publique 13 janvier  ne présente pas l’image  d’un cadre idéal  d’apprentissage pour les élèves et enseignants qui y évoluent.

 

En effet, dans le temps, l’école abritait douze salles de classe, subdivisées en deux groupes A et B. Suite aux inondations répétitives que subissait ladite école, six classes ont été fermées. Ce qui engendre un effectif pléthorique dans les classes restantes.  La  non clôture de cet établissement scolaire  est la cause principale des inondations qu’elle  subit chaque année.

 

Selon les investigations faites par notre rédaction, le gouvernement  a ordonné que les élèves soient libérés à chaque fois qu’une pluie s’annonce. Ridicule pour une nation  qui veut se développer.  Comment libérer les élèves en  temps de cours alors qu’il y a la possibilité d’éviter  l’inondation dans cette école ? Pourquoi l’Etat s’abonne t’il toujours absent lorsqu’il s’agit de l’éducation ?  Autant de questions auxquelles l’on ne saurait trouver de réponses.Cette situation conduit les riverains à faire de cette école leur dépotoir.  Les ordures ménagères du quartier  sont versées dans l’enceinte de l’établissement. Ce qui peut causer des maladies aux élèves.

 

Malgré les sensibilisations que font les responsables de ladite école dans le quartier pour éviter ces dépotoirs, les riverains font  toujours la sourde oreille.L’EPP 13 janvier  tend-elle   vers sa disparition? Ce serait un grand échec pour le ministère des enseignements primaire et secondaire.Nous lançons un appel pressant au gouvernement et aux bonnes volontés pour secourir cette école et les élèves qui la fréquentent.

Eyram Akakpo






Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *