Répression barbare à l’Université de Lomé

 

Le campus universitaire de Lomé était une fois encore en ébullition ce 14 juin.  L’assemblée générale prévue par la Ligue Togolaise des Droits des Etudiants (LTDE) a été étouffée par les forces de l’ordre et de sécurité. On note des arrestations et des blessés dans le rang des étudiants.C’est une pluie de gaz lacrymogène qui s’est abattue sur les étudiants de l’Université de Lomé lors de l’Assemblée générale que devrait organiser la Ligue Togolaise des Droits des Etudiants.
Les motifs de la manifestation  portaient sur la reprogrammation de toutes les matières dans les facultés et départements, l’augmentation des tranches des étudiants, la connexion internet sans limite et le reversement de toutes les tranches que les banques ont illégalement prélevé sur le compte des étudiants. Très vite, la manifestation a été étouffée par la police universitaire appuyée par la police nationale.
Selon secrétaire général administratif de la LTDE, l’assemblée générale  a été autorisée par les autorités universitaires.
« La police universitaire plus d’une cinquantaine se sont déversés sur le président Satchivi. Ils l’ont pris, ils l’ont maltraité, ils l’ont malmené de toutes les manières possibles et l’ont mis dans leur cargo. Les étudiants se sont afflués sur eux, le président Satchivi a fait un effort pour sortir du cargo. Aussitôt sorti la police s’est encore rabattue sur lui et a subi la  maltraitance et des flagellations. Ils l’ont traité comme un animal et l’ont encore mis dans le cargo et c’est tout le campus qui était là. Les étudiants demandent qu’il soit libéré et voilà la police nationale arrivée avec les gaz lacrymogènes dispersés les étudiants. La police nationale a largué les gaz lacrymogènes plusieurs fois. On ne peut pas compter le nombre de gaz qu’ils ont largué. Ils ont encerclés tous les étudiants et lancent les gaz partout à chaque 1 mètre. Tout le campus s’est enfumé donc les étudiants ne pouvaient pas respirer. Il y a des gens qui tombaient en asphyxie, des gens que la croix rouge prenait pour aller au secours d’urgence»,  a déclaré Kodjovi Agbéssimé, Secrétaire général administratif.
Selon certains étudiants, le Président Folly Satchivi et son secrétaire chargé à la sécurité ont été arrêtés et conduit à une destination inconnue.
Pour les autorités universitaires, l’AG n’a pas été autorisée et la LTDE n’est pas une association régulière sur le campus de Lomé.
Les problèmes sur le campus de Lomé ne datent pas d’aujourd’hui. Il est important que les autorités universitaires prennent les revendications estudiantines au sérieux pour le bien et l’avenir du pays.
Eyram  Akakpo






Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *