Discours de madame le ministre du développement à la base à l’ouverture des travaux de la sixième revue annelle de 2016

Monsieur le Préfet du Golfe ;

Monsieur le Directeur de Cabinet ;

Monsieur le Secrétaire  Général du Ministère de la planification du développement ;

Vénérables Chefs Traditionnels ;

Mesdames et Messieurs les Directeurs Généraux et Directeurs ;

Mesdames et Messieurs les Coordonnateurs de programmes et projets ;

Mesdames et Messieurs les Chefs Services ;

Mesdames et Messieurs les Représentants des Ministères ;

Mesdames et Messieurs les représentants des  institutions partenaires ;

 

C’est avec un réel plaisir que je voudrais vous souhaiter la chaleureuse bienvenue à cet atelier de revue annuelle des interventions du ministère du développement a la base en 2016 et de programmation des actions pour l’année 2017.
Cela fait maintenant six ans que notre ministère organise  chaque fin d’année, cette traditionnelle rencontre de revue annuelle se, preuve que  ce processus est désormais ancré dans nos habitudes.

Cette revue est importante dans la mesure où elle nous permet :

  • de jeter un regard rétrospectif sur l’ensemble de l’action du ministère du développement à la base ;
  • d’apprécier ensemble avec les acteurs les résultats obtenus en les comparant aux cibles fixés pour l’année écoulée ;
  • de tirer des leçons des diverses expériences vécues, et définir des stratégies d’action pour mieux répondre aux besoins de populations à la base y compris les femmes et les jeunes, les personnes les plus pauvres ;
  • de tracer de nouvelles perspectives pour un meilleur impact sur les conditions de vie des populations en prenant en compte les orientations nationales, les nouveaux défis à relever ainsi que les opportunités à saisir – – et de s’accorder sur une programmation de l’action au cours de l’année à suivre et sur l’approche de coordination, de coopération et de suivi pour une mise en œuvre efficace et efficience des plans de travail.

 

Mesdames et Messieurs,

Au Togo, l’un des instruments majeurs  pour concrétiser sur le terrain et auprès des populations à faible revenu la stratégie nationale de  lutte contre la pauvreté est la politique de développement  à la base initiée par le gouvernement.  Depuis près d’une décennie, le Gouvernement à travers la mise en œuvre de cette politique de développement à la base  donne la priorité à l’être humain comme acteur de son propre développement à travers une dynamique participative et visant à réduire les inégalités.

Cette dynamique mobilise, organise les communautés, les fait participer à l’action de développement et les responsabilise. C’est  une dynamique qui n’exclut personne et qui entraine de ce fait un développement participatif, inclusif, durable et local.

Cette dynamique induit un développement juste et équilibré car elle permet d’apporter des réponses justes et adaptées a des besoins jugés prioritaires par les populations elles-mêmes  et par ce fait contribue à réduire progressivement les disparités.
C’est par cette approche que le ministère du développement a la base de l’artisanat, de la jeunesse et de l’emploi des jeunes à travers les différentes missions qui lui sont confiées, contribue à la mise en œuvre de notre vision commune pour un développement inclusif et solidaire qui est impulsé par les plus pauvres et qui leur profite aussi..

En s’appuyant sur des principes fondamentaux que sont la participation, la responsabilisation et l’autonomisation des populations bénéficiaires,  le ministère met en œuvre des projets et programmes dont la vocation est de satisfaire à un minimum vital commun qui se définit  comme un ensemble de besoins de base légitimes couvrant des domaines variés tels que l’alimentation et la nutrition, la santé,l’éducation, l’accès à l’eau potable et à l’hygiène, le désenclavement et la capacité des populations à générer des richesses.

Dans une démarche participative,  en ligne avec notre Stratégie de Croissance accélérée et de Promotion de l’emploi (SCAPE), notre ministère contribue aux cotes des autres départements sectoriels et des partenaires nationaux et internationaux de l’Etat en faveur de l’autonomisation des communautés pauvres et vulnérables et la mise en partenaires à satisfaire aux besoins fondamentaux des populations les plus pauvres.

En effet, l’analyse des données de 2015  montre que les actions par tous les ministères y compris le ministère du développement à la base, et par les partenaires locaux, nationaux et internationaux de l’Etat ont porté  des  fruits appréciables en matière d’autonomisation économique des populations. Plus précisément,  l’enquête QUIBB montre que les actions de développement ont permis au Togo :

  • d’enregistrer une réduction significative de 6,63 points de l’incidence de pauvreté qui est passé de 61,7% à 55,1% entre 2006 et 2015 selon les résultats de la dernière enquête QUIBB ;

 

  • de réduire la pauvreté en zone rurale entre 2011 et 2015, passant de 73,4% à 68,7%, soit une baisse significative de 4 points ;
  • de réduire le taux de chômage des jeunes âgés de 15 à 35 ans qui est passé de 8,5% en 2011 à 4,5% en 2015 avec toutefois un besoin accru de ressources pour renforcer la création d’emplois car elle n’est pas encore suffisante pour faciliter le plein emploi d’un nombre rapidement croissant de jeunes en âge de travailler. Il convient toutefois de préciser que le taux de sous-emploi est passé de 20,5% à 22,2% pour la tranche d’âge comprise entre 15-29 ans ;
  • de réduire les inégalités comme le montre la baisse du coefficient de GINI qui est passé de 0,393 à 0,380 sur la même période, mettant ainsi en relief le caractère inclusif de la croissance.

Mesdames messieurs

Vu les progrès significatifs réalisés malgré les défis multiples, je voudrais vivement saluer à travers vous, toutes les communautés a la base, les partenaires     au développement, les responsables et personnels des ministères et tous les autres acteurs du privé et de la société civile, pour l’engagement de taille aux côtés du Chef de l’Etat .qui a permis d’engranger ces progrès vers  un développement socioéconomique accéléré et inclusif de notre pays.

Après ce rappel des progrès réalisés par notre pays jusqu’en  2015, l’heure est venue d’évaluer la contribution du ministère au développement  du Togo en 2016 et de réfléchir à comment avec votre appui continu, nous pouvons réaliser des avancées plus déterminantes en 2017  face aux défis de développement importants qui demeurent.

Pour le compte de l’année 2016, les actions du Ministère ont été centrées sur quatre priorités en l’occurrence: (i) l’amélioration du cadre et des conditions de vie des communautés à la base, (ii) la mise en œuvre du Plan Stratégique National pour l’Emploi des Jeunes et du Plan d’Action Opérationnel de la Politique de la Jeunesse, (iii) la Promotion de la finance inclusive, (iv) la Promotion de l’artisanat ; et tout ceci  toujours en lien avec la Stratégie nationale de la Croissance accélérée et de la promotion de l’Emploi ( SCAPE).

Au  cours de l’année  2016, le ministère a mis en œuvre avec succès un nombre important d’actions phares qui ont permis d’atteindre des résultats décisifs pour l’amélioration du cadre et des conditions de vie des communautés à la base, l’inclusion financière  des populations à faible revenu,   la promotion de la jeunesse, l’appui à l’emploi et de l’entreprenariat des jeunes, et la promotion  de l’artisanat.
 
1–  Au titre de l’amélioration du cadre et des conditions de vie des communautés à la base :

  • 390 infrastructures sociocommunautaires et économiques ont été mises en place, notamment : 153 bâtiments scolaires, 58 forages, 120 infrastructures marchandes, 6 unités de soins périphériques, etc. ;
  • 1400 groupements ont été accompagnés pour des Activités Génératrices de Revenus ;
  • 1 900 Comités de Développement à la Base (CDB) ont été renforcés pour leur structuration;
  • 88 000 élèves bénéficie de repas chaud dans le cadre de l’alimentation scolaires ;
  • 20 700 personnes ont été touchées à travers le projet des transferts monétaires.2– S’agissant de l’inclusion financière,
  • Plus de 135 000 nouvelles personnes ont bénéficié des trois produits du FNFI en l’occurrence l’APSEF,  l’AGRISEF et l’AJSEF ; ce qui porte à plus 700 000, le nombre de personnes touchées par le FNFI depuis son lancement en janvier 2014. Pour cette année encore, près de 217 000 crédits ont été renouvelés pour un montant de plus de 18 milliards de FCFA. Par ailleurs, un nouveau produit assurance a été lancé.3– En ce qui concerne la promotion de la jeunesse et de  l’emploi des jeunes :
  • Les dispositifs du FAIEJ, du PRADEB et l’ANVT ont permis de créer plus de 8 300 emplois durables essentiellement en faveur des jeunes
  • 11 400 emplois temporaires ont été créés, à travers principalement les travaux de haute intensité de main d’œuvre ;
  • 5830 jeunes ont bénéficié des appuis en termes de formation, équipements et de financements du PRADEB et FAIEJ ;
  • Près de 2400 nouveaux volontaires ont été mobilisés par l’Agence Nationale du Volontariat ;
  • 550 entreprises ont été créées par les jeunes à travers le FAIEJ et le PRADEB ;
  • Des activités socioéducatives ont été organisées et ont touché 50 000 jeunes.4- Enfin en ce qui concerne la promotion  de l’artisanat, 
  • 1600 maîtres artisans ont été formés en entreprenariat  et sur d’autres thématiques techniques ;
  • 500 artisans ont participé aux différentes foires nationales et internationales pour la promotion et la valorisation des produits artisanaux.

En résumé, les performances sont globalement satisfaisantes. En effet, le taux d’exécution moyen de la lettre de mission du ministère, s’établit à environ 90% avec un taux de décaissement de l’ordre de 91%.

Mesdames et Messieurs,

Comme vous pouvez le constater, les résultats enregistrés au cours de  l’année 2016 sont  satisfaisants. La présente revue nous offre l’opportunité de saluer ces  résultats décisifs qui ont contribué sans nul doute à faire reculer davantage les frontières de la pauvreté dans notre pays. C’est aussi l’occasion de mettre en exergue, pour mieux les capitaliser l’année prochaine, les leviers de notre approche de travail qui ont permis d’atteindre ces résultats déterminants que je viens de mentionner.

Ces principaux  leviers de résultats en  2016 sont au nombre de six et peuvent se résumer comme suit : 1) Suivre les résultats de nos  actions ; 2) Innover pour mieux répondre aux besoins des  populations à la base ; 3) Optimiser notre proximité avec les  populations ;  4)  Rechercher le maximum de synergie ; 5) Mobiliser les ressources ; 6) s’engager encore plus pour relever des défis encore plus importants.

  1. Dans le cadre du suivi des résultats de nos actions, des visites de terrain sont fréquemment organisées  pour constater de visu les progrès réalisés, rencontrer et discuter avec les bénéficiaires.  Exemples les Rencontres avec les  fédérations des bénéficiaires du FNFI, les fédérations des groupements de femmes ; les jeunes entrepreneurs etc.  pour nous rendre compte de l’impact des actions sur les populations.

Les évaluations indépendantes réalisées par exemple sur le PDC et à mi-parcours sur le PDCplus démontrent bien que les mesures prises au niveau du développement à la base ont contribué non seulement à améliorer la situation économique des pauvres mais aussi au progrès social des populations togolaises en général.

  1. En matière d’innovations pour mieux répondre aux besoins des populations à la base, je voudrais saluer :
  • le lancement en avril dernier du Projet d’Appui à l’Employabilité et à l’Insertion des Jeunes dans les Secteurs Porteurs (PAEIJ SP), un projet qui vise à contribuer à créer les conditions d’une croissance économique plus inclusive à travers le renforcement de l’employabilité des jeunes et à la promotion de l’entreprenariat, par l’approche chaine-de-valeur et le développement de groupes agro-industriels ;
  • le volet assurance du FNFI : les bénéficiaires peuvent se faire soigner dans les centres de santé publics et que leurs activités soient couvertes d’une assurance incendie ;
  1. Par ailleurs, pouroptimiser notre proximité avec les populations, le Ministère a durant cette année encore renforcé sa présence sur le terrain à travers l’opérationnalisation des antennes régionales de l’ANADEB ce qui nous rapprochera davantage des communautés à la base.
  2. Dansla recherche d’une meilleure synergie  d’action en faveur du  développement,  je me félicité qu’au  cours de cette année, – notre ministère ait organisé avec succès, en collaboration avec le Ministère chargé des enseignements primaire et secondaire et le Ministère de l’agriculture, le premier forum national sur l’alimentation scolaire, évènement qui a connu la participation de tous les  principaux acteurs et des délégations étrangères provenant de huit (8) pays. C’est le lieu donc de saluer une fois encore tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à la réussite de ce forum.
    J’ai noté dans l’agenda de l’atelier qu’il est prévu une réunion de concertation entre les premiers responsables du département pour échanger sur des questions de coordination pour renforcer la synergie d’actions à l’intérieur du ministère, avec les autres ministères et avec l’ensemble des acteurs de développement.
  3. En lien avec notre objectifde mobilisation de ressources pour mieux accompagner les populations à la base, il me plait de relever deux exemples majeurs d’importantes conventions ont été signées par le Ministère cette année, en l’occurrence celles entre ANADEB et le PUDC pour un montant de 2,1 milliards F CFA et aussi avec le PAM pour la mise en place des écoles d’excellence pour un montant annuel de 337 millions FCFA et pendant trois ans. Ces exemples sont des illustrations des efforts intenses et soutenus consentis par le Ministère qui  lui ont permis au titre de l’année 2016, de mobiliser un montant de plus de 10 milliards de F CFA.

C’est l’occasion pour moi de réitérer à l’endroit de nos partenaires techniques et financiers, au secteur privé, à la société civile, notre satisfaction et notre gratitude pour leurs accompagnements et appuis constants et multiformes pour le développement des communautés à la base.

  1. Pour atteindre ces résultats, il a fallus’engager encore plus pour relever des défis encore plus importants. A vous chers collaborateurs, Directeurs, coordonnateurs, chefs de service, à tout le personnel, je voudrais vous exprimer ma reconnaissance, pour votre engagement et votre dévouement. J’ai fait le tour des différents services pour rencontrer le personnel et échanger avec vous en famille. J’ai pu écouter chacun de vous. J’ai la ferme conviction que plus que jamais vous êtes engagés à faire plus et mieux.

 

Pour améliorer davantage notre efficacité et l’impact de nos actions en 2017,  je souhaite vivement que tous les participants à cette revue  apportent leurs contributions en gardant à l’esprit  ces six leviers de résultats, ces facteurs clés de succès  de notre approche de travail qui ont caractérisé notre démarche en 2016.

J’ai noté dans l’agenda de l’atelier qu’il est prévu une réunion de concertation entre les premiers responsables du département pour échanger sur des questions de coordination Je voudrais vous exhorter à saisir l’opportunité de cette session pour identifier les voies et moyens pour renforcer la synergie d’actions à l’intérieur du ministère, avec les autres ministères et avec l’ensemble des acteurs de développement.

Cet impératif de synergie d’actions pour plus d’efficacité et d’efficience dans l’utilisation des ressources  s’impose encore plus à nous avec  l’adoption des ambitieux objectifs de développement durables (ODD)  auquel notre pays a adhéré et la forte volonté politique du Président de la République d’accélérer l’amélioration des conditions de vie et l’autonomisation des populations pauvres afin qu’aucun togolais  ne soit laissé sur le côté.

C’est en ligne aussi avec les objectifs de développement durable et  la vision du Chef de l’Etat pour un développement inclusif, que nos perspectives pour l’année 2017 s’inscrivent.  D’une manière générale, Il s’agira pour le Ministère de :

 

  1. Poursuivre la mise en place des microprojets d’infrastructures socio-collectives et économiques qui seront renforcés à travers la convention avec le PUDC ;
  2. Renforcer les filets de protection sociale avec en priorité la protection et l’épanouissement des enfants et l’intégration socio -économique des personnes vulnérables ;
  3. Renforcer l’inclusion économique et financière des populations vulnérables en maintenant l’importance conférée à l’autonomisation économique des femmes et des jeunes et des agriculteurs ;
  4. Intensifier les moyens d’actions en faveur de l’épanouissement, de l’entreprenariat, de l’employabilité et de l’emploi des jeunes.

 L’un des défis majeurs de notre pays dans l’atteinte de ces priorités est de mobiliser les moyens pour rapidement porter à l’échelle les expériences  réussies  que nous avons menées afin d’engranger plus rapidement des résultats de développement qui répondent  de manière plus significative aux multiples et légitimes attentes des populations à faible revenu. A cet égard, Le PUDC lancé cette année constitue un instrument puissant pour accélérer  la réalisation de nos résultats  à travers un partenariat efficace avec ce programme qui vise à promouvoir un  développement social  et économique qui profite  plus aux communautés les plus pauvres.

Je voudrais donc avant de clore mes propos réitérer nos plus vifs remerciements au Chef de l’Etat, Son Excellence Faure EssozimnaGNASSINGBE pour  son engagement sans faille qui a permis de mettre en place le PUDC, et pour son implication personnelle dans la conduite des différentes initiatives visant l’amélioration des conditions de vie des populations. 

Chers participants,

Je sais pouvoir compter sur votre active participation, votre grande capacité d’analyse, votre sens du travail bien fait et sur votre esprit de créativité. Mon souhait le plus ardent est qu’au sortir de cet atelier, les forces et faiblesses des interventions des différentes structures, programmes et projets, soient identifiées et des propositions idoines faites pour renforcer la qualité et la synergie de nos actions pour encore plus d’impact de développement en 2017.

A l’orée de la nouvelle année, je voudrais adresser mes vœux les meilleurs de santé, de paix et de prospérité à vous tous ainsi qu’à vos familles.

Sur ce, tout en souhaitant plein succès à vos travaux, je déclare ouvert l’atelier de revue annuelle 2016 et de programmation des plans de travail 2017 du ministère du développement à la base, de l’artisanat, de la jeunesse et de l’emploi des jeunes.
Je vous remercie.

 






Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *