TOGO//PUDC : LA RIGUEUR DU GOUVERNEMENT ET DU PNUD POUR LA REUSSITE DE LA PHASE DE MISE EN ŒUVRE

Fin de la phase de sélection et début de celle de mise en œuvre du Programme d’Urgence de Développement Communautaire(PUDC), en commençant la construction et la réhabilitation des pistes rurales. Une phase de mise en œuvre qui, dans ce secteur, a souvent connu des problèmes, parfois liés soit au non respect du délai d’exécution des travaux, soit à la mauvaise qualité des travaux, ou encore soit au « manque se financement ». Des problèmes, dérivés directement de la mauvaise gestion de la première phase, celle de la sélection des entreprises.

Dans le cas de projet PUDC, tout semble bien partir pour une garantie parfaite de la bonne marche des travaux : « toutes les conditions de transparence et d’intégrité ont été mises dans la sélection de ces entreprises » nous a confié Khardiata Lo N’Diaye, représentante résidente du PNUD au Togo. Au Ministre des infrastructures et des transports Ninsao Gnonfam d’ajouter « contrairement à la pratique habituelle, nous avons voulu que la signature des contrats se fasse de façon publique pour montrer l’importance de ce programme pour notre population ». Des propos rassurants que devront confirmer les douze  entreprises togolaises et sous régionales, bénéficiaires (signataires) des contrats jeudi 27 octobre 2016, à travers la qualité et la ponctualité de leurs travaux :

QUALITE, vue les deux principales conditions de sélection des entreprises : la mise en place du personnel technique sur chaque site et la garantie du matériel mobilisé sur chaque chantier ;

PONCTUALITE, vue la troisième mise en garde sur le respect formel du délai d’exécution des travaux.

« Nous avons clairement indiqués aux entreprises qui ont signé les contrats que ces contrats sont signés sur la base de délai, nous serons exigeants et regardants sur le respect de l’ensemble des conditions », a affirmé Khardiata Lo N’Diaye. « Nous avons été très clair avec les entreprises. Nous leur avons demandé de tout mettre en œuvre pour rester dans la période pour l’exécution des travaux… nous serons exigeant sur le respect des délais contractuels. Nous serons également regardants sur la qualité des travaux qui seront réalisés » a confirmé Ninsao Gnonfam.

Coté financier, 11.063.317.453 FCFA ont été mobilisés pour la construction et la réhabilitation de 406 km de voie subdivisées en 20 lots sur l’ensemble du territoire national. Un appui financier des partenaires, surtout du PNUD.

REGION MARITIME : 4 lots avec un linéaire de 77 km pour un montant total de 2.392.9000.124 FCFA. Les travaux seront assurés par les sociétés telles que PROGRES, GER, EGA/SONAF, OFMAS-INTERNATIONAL, et superviser par le bureau d’étude BETIA.

REGION DES PLATEAUX : 4 lots, avec un linéaire de 72,100 km, pour un montant total de 1.743.695.745 FCFA. Les travaux seront réalisés par ESMO/GIBATEC, ECNC, EGEA/SONAF, sous le contrôle du groupement SIGEM/BAOBAB et GIC/MALI.

REGION CENTRALE : 3 lots de (68,2 km) pour un montant total de 4.267.155.500 FCFA. Les travaux seront exécutés par ECOBA-K, ELITCETA-ICC et EGC, sous le contrôle du bureau EGC

REGION DE LA KARA : 4 lots (79,7 km) pour un montant total de 2.418.175.729 FCFA. Les travaux seront assurés par GER, EBTP-LINSI, MECBA-SACAL, sous le contrôle du groupement PLISONSUL-ASET

REGION DES SAVANES : 5 lots (113 km) pour un montant de 3.242.283.155 FCFA. La réalisation sera assurée par EBTP-LINSI, TECHNICOM, GER et EGA/SONAR. La supervision sera assurée par le groupement BEKATECH.

Lancé en Juin 2016 par le chef d’Etat togolais Faure GNASSINGBE, le Programme d’Urgence de Développement Communautaire (PUDC) vise l’amélioration des conditions de vie des populations vivant dans les localités faiblement desservies par les infrastructures et services sociaux et économique de base.

Subdiviser en quatre composantes, ce projet s’étend sur la période de 2016-2018

 

 

 



(Next News) »



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *